Aller à la page d'accueil Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au plan du site

Les soldats français à l'honneur à Rancourt - Bouchavesnes-Bergen

Dimanche 11 septembre 2016, le président du Conseil départemental Laurent Somon a commémoré avec le Souvenir Français le Centenaire de la Bataille de la Somme à la chapelle du Souvenir Français et à la nécropole de Rancourt Bouchavesnes-Bergen.

Ce 11 septembre, qui rappelle les tragiques attentats de New York, était un jour symbolique pour délivrer un message de paix et rappeler à toutes les générations le devoir de se souvenir.

«  Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peule sans avenir » a rappelé le Président Laurent Somon.

Discours cérémonie Rancourt 11 septembre

La messe à la chapelle de Rancourt a été suivie par des cérémonies à Bouchavesnes-Bergen au pied de la statue du maréchal Foch, puis aux cimetière allemand et britannique, et enfin à la nécropole nationale française, pour rendre hommage à tous les combattants.

 

Témoignages

Serge Barcellini, Président Général du Souvenir Français

 

r45

Serge Barcellini, Président Général du Souvenir Français

Pourquoi le site de Rancourt -Bouchavesnes Bergen est-il exceptionnel ?

Il l'est pour plusieurs raisons :

1) il incarne la mémoire de la participation française à la bataille de la Somme. Or, si on ne fait pas attention, on l’oublie. Il a été fait pour cela, avec son cimetière et sa chapelle dédiée.

2) En terme patrimonial il est exceptionnel parce qu'il témoigne à la fois de l'hommage public, républicain, aux morts pour la France à travers le cimetière, et de l'hommage privé. La chapelle privée fait partie des rares édifices religieux de l'entre-deux-guerres. Elle a été édifiée par la famille Du Bos avec ses propres deniers. Profondément marquée par les pertes françaises dans ce secteur et par la mort de son fils, cette famille a dédié la chapelle à l'ensemble des Français tombés pour leur patrie dans le secteur.

3) Ces deux raisons constituent des points forts pour son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco, dans le cadre des sites funéraires et mémoriels de la Première Guerre mondiale (front Ouest). Les trois cimetières et la chapelle du Souvenir Français ont été conçus selon une mise en scène paysagère remarquable et préservée. Dans ces lieux, le « plus jamais ça » est très perceptible.

4) Enfin, il est la propriété du Souvenir français. Cela nous donne l’obligation de faire de ce lieu un lieu mémorable en partenariat avec le Conseil départemental, les communes et la Fondation du Patrimoine. Nous cherchons ensemble à valoriser le site.

Quels sont vos projets ?

Pour 2018, la rénovation extérieure et intérieure de la chapelle. Les locaux adjacents seront utilisés comme porte d’entrée du tourisme de mémoire. Nous souhaitons en faire un lieu de compréhension de notre histoire partagée avec plus de 50 nations qui ont combattu dans la Somme.


 

Céline Guerville, maire de Rancourt, et Régis Gourdin, maire de Bouchavesnes-Bergen

 

r46

Régis Gourdin, maire de Bouchavesnes Bergen et Céline Guerville, maire de Rancourt


Céline Guerville :

« En 2016, y a plus de monde que d’habitude, même s’il y en a toujours le 2ème week-end de septembre, quand nous rendons hommage aux combattants français. Ce qui est bien, c’est qu’il y a des jeunes. Cette année du centenaire de la Bataille de la Somme est plus grandiose. Nous allons réfléchir avec les autres communes à la façon de développer le tourisme de mémoire. »

Régis Gourdin :

« Nos sites sont imbriqués. Nous attendons de plus amples informations afin de travailler avec plusieurs partenaires pour canaliser les visiteurs sur la chapelle et les emmener sur le Circuit du Souvenir. »

 


Delphine Choquet, directrice du Regroupement Pédagogique Intercommunal.

r24

Delphine Choquet, directrice du Regroupement Pédagogique Intercommunal.


 

« Dans la Somme, les soldats rescapés de la Grande Guerre n’en parlaient pas. Ils voulaient revivre, reconstruire et tenter d’oublier. Puis la Seconde Guerre est arrivée très vite.

La jeune génération n’a pas connu le traumatisme de la guerre. Elle porte un autre regard. Avec les enfants nous avons participé à la plantation de la « Rose Somme 2016 ». Les parents ont répondu présent et les enfants très investis mesurent bien la portée de la commémoration expliquée en classe. »


 

Propos recueillis par Isabelle de Wazières
Photos : Yazid Medmoun - Cd80