Aller à la page d'accueil Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au plan du site

L’Australie investie dans le devoir de mémoire

projet centre interprétation Villers Bretonneux
Cox Architecture
Le futur centre d’interprétation australien de Villers-Bretonneux racontera l'histoire de l'engagement australien sur le front occidental durant la Grande Guerre. Ouverture annoncée le 25 avril 2018, date de commémoration de l’Anzac Day.

25 avril 2015. 6 000 « touristes de mémoire » venus d’Océanie se rendaient au Mémorial de Villers-Bretonneux pour honorer les 46 000 Australiens et Néo-Zélandais tombés sur le front occidental lors de la Première Guerre mondiale, sur un total de 295 000 hommes engagés.

Chaque année, l’Anzac Day représente un temps de la commémoration et du souvenir australien, en hommage à tous les Australiens qui ont servi, combattu et péri durant la Grande Guerre et d'autres conflits et missions de maintien de la paix. Chaque année l'Anzac Day est aussi l’occasion de commémorer la libération de la commune  de Villers-Bretonneux par les troupes australiennes en 1918, qui stoppèrent l'avancée allemande vers Amiens et ses grandes lignes de communication.

Un moment de recueillement qui devrait s’amplifier à l’avenir puisque le 18 janvier 2016 a été posée la première pierre d’un Centre d’interprétation australien, dans le prolongement de l’actuel Mémorial national, en présence de Jean-Marc Todeschini, secrétaire d'Etat aux Anciens combattants et à la mémoire et de son homologue australien, Stuart Robert. L'occasion d'encourager les jeunes générations à ce souvenir de cette importante période de l'Histoire.

Conçue par le cabinet Cox Architecture, basé à Sydney, la future structure s'étendra sur une surface de plus de 1 000 m², en partie enterrée et à la toiture végétale. Son nom ? Le Centre Sir John Monash, en hommage au général des Forces australiennes, qui dirigea les opérations dans la Somme et triompha par sa tactique innovante.

Un héritage pour les générations futures.

À l’intérieur, le visiteur sera invité à une expérience évocatrice, émotionnelle et éducative. Une zone interactive retracera l’histoire de l’Australie, les raisons de son engagement dans le camp des Alliés et les événements sur le champ de bataille.

Photographies, films et objets seront mis en valeur à travers une approche multimédia innovante

Ou quand les nouvelles technologies offrent un regard neuf et pertinent sur le passé.

Transmettre un héritage international durable aux générations à venir, australiennes et européennes, tel est le but du Centre Sir John Monash. Car l'engagement australien sur le front occidental durant la Grande Guerre (295 000 hommes déployés pour 46 000 morts), l’un des premiers rôles de l’Australie sur le plan international, influença le cours de l’Histoire et mérite d’être mieux connu de tous.

Le gouvernement australien finance l'intégralité du projet et investit 56 millions d’euros dans cet élément phare qui intégrera le Chemin de mémoire australien qu’il pilote depuis plusieurs années.
La date du 25 avril 2018, qui marquera le centenaire de la libération de Villers-Bretonneux, a été retenue pour son inauguration.
 
Visitez le site du ministère australien des anciens combattants pour plus d'informations sur l'avancement des travaux.

Les maquettes du projet :
 


L'avancement des travaux :
 
 

À la une

L’Australie investie dans le devoir de mémoire

Ouvert aux écoles primaires, collèges et lycées de toute la France, le prix Sadlier Stokes récompense des projets en lien avec la participation de l’Australie à la Première Guerre mondiale. Inscriptions jusqu'au 16 mars 2018.

Lire la suite