Aller à la page d'accueil Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au plan du site

Le Val de Somme met sa mémoire en perspective

Le nouveau circuit « Mémoire en perspectives » de l'Office de tourisme du Val de Somme propose de partir à la rencontre, au travers d’œuvres contemporaines mémorielles, de 4 grandes figures historiques de la Grande Guerre.
 

Le Baron rouge, John Monash, Georges Guynemer ou encore Georges Clemenceau, ces personnages historiques se sont tous illustrés dans le territoire du Val de Somme entre 1914 et 1918. Ils sont aujourd'hui représentés au travers de 4 œuvres contemporaines, réalisées à l'aide d'une méthode étonnante : l'anamorphose. « Depuis maintenant deux ans, dans le cadre de la valorisation du patrimoine de Val de Somme, nous installons dans les 33 communes de notre territoire des plaques contenant des informations sur leur patrimoine historique et naturel, explique Éric Lossent, chargé de promotion et de développement à l'Office de tourisme du Val de Somme. C'est à cette occasion que notre fournisseur, Degand Marquage, nous a proposé un projet d’œuvre artistique mémorielle. »

 

L'industrie et l'art s'allient au service de la mémoire

Inaugurées le 21 avril en présence de plus de 200 invités, les 4 œuvres composées chacune de 7 plaques de tôle corten laquées représentent respectivement une figure historique de la Grande Guerre : l'Allemand Manfred Von Richthofen dit « le Baron rouge » à Vaux-sur-Somme, l'Australien John Monash à Le Hamel, Georges Guynemer à Cachy ou encore Georges Clemenceau à Bussy-les-Daours. Ces œuvres contemporaines utilisent la méthode de l'anamorphose. Ce procédé original joue avec les angles de vue et la perspective à la manière d’une illusion d’optique. Le regard ne perçoit à première vue qu'une succession de plaques de métal, mais c'est une fois placé sur la dalle de béton située à quelques mètres devant l’œuvre que le sujet apparaît. Chaque œuvre est accompagnée d'un panneau informatif. « Les œuvres donnent l'occasion de visiter d'autres sites à proximité comme le Mémorial national australien ou le nouveau centre Sir John Monash à Villers-Bretonneux, le site de la toute première bataille de char à Le Hamel, ou encore le site du crash du Baron rouge à Vaux-sur-Somme, souligne Éric Lossent. Le parcours Mémoire en perspectives s'inscrit dans notre projet plus global de valorisation du patrimoine. Il s'agit de sensibiliser les touristes mais aussi la population locale ».

 

mémoire en perspectives

 

mémoire en perspectives

 

Les œuvres :

 

  •     Le Baron rouge à Vaux-sur-Somme

Issu de l'aristocratie prussienne, il devient aviateur dès la fin de 1915. Il est rapidement considéré comme l’un des meilleurs pilotes de son époque, et devient même « l’as des as » de la Grande Guerre. Son palmarès atteint les 80 victoires ! Sillonnant le ciel avec son Fokker DR.I triplan de couleur rouge, il est surnommé « Le Baron rouge ». Le 21 avril 1918, il décolle de l’aérodrome de Cappy pour réaliser ce qui sera sa dernière mission. Après une course poursuite légendaire avec l’aviation canadienne, il est abattu au dessus de Vaux-sur-Somme par des tirs australiens. Mortellement touché, il arrive néanmoins à se poser en catastrophe avant de décéder de ses blessures.

 

  •     Le général John Monash et la bataille du 4 juillet à Le Hamel

Nommé Lieutenant Général, commandant en chef de l’Anzac (Australian and New Zealand Army Corps) en mai 1918, il a pour mission de faire taire l’artillerie lourde allemande. Le 4 juillet, il obtient à Le Hamel la victoire la plus rapide de la Grande Guerre (93 minutes) en utilisant une nouvelle tactique, privilégiant notamment la stratégie mécanique à la stratégie humaine. Il est considéré comme l'inventeur de la tactique militaire moderne, encore utilisée aujourd'hui.

 

  •     Georges Guynemer et l’escadrille des cigognes à Cachy

Déclaré inapte par les médecins du fait de sa chétivité, Georges Guynemer réussit toutefois à devenir aviateur en 1915. Il remporte de nombreuses victoires qui le font entrer dans la postérité des « as des as » de la Première Guerre mondiale. Après de nombreux combats au dessus de Verdun, le 16 avril 1916, il rejoint les terrains d’aviation de Cachy. C’est pendant la Bataille de la Somme, le 1er avril 1916, que son escadrille prend le nom « d’escadrille des cigognes ». Il tombe au combat à Poelkapelle, en Belgique flamande, le 11 septembre 1917.

 

  •     Georges Clemenceau lors de son passage à Bussy-les-Daours

Le 7 juillet 1918, Georges Clémenceau, président du Conseil et surnommé « le Père de la Victoire », se déplace personnellement dans la commune de Bussy-les-Daours où sont en repos les soldats de l’armée australienne. Il vient les remercier et les féliciter d’avoir remporté la bataille de Le Hamel. C’est un des actes fondateurs de l’amitié franco-australienne. Un extrait de son discours est gravé sur le Mémorial du Corps d’armée australien à Le Hamel.

En savoir + :

fr.valdesomme-tourisme.com

 

 

 

 

À la une

Le Val de Somme met sa mémoire en perspective