Aller à la page d'accueil Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au plan du site

Monument aux morts de Proyart

Monument aux morts de Proyart

Retourner à la carte
Arc de triomphe Proyart

L'Arc de triomphe de Proyart. ©ADRT80

Monument aux morts de Proyart

Le monument aux morts communal de Proyart, dédié à l’ensemble des hommes du village morts pour la France, étonne par son esthétique, sa taille et son histoire, qui en font un monument rare de l’après-guerre.

 
Un monument peu commun

Ce monument aux morts, de dimensions exceptionnelles pour un petit village, est situé dans un jardin public et fait face au château. Il est constitué d’un vaste arc de pierre surplombant la statue blanche d’un fier poilu, armé .
Sur la façade, les noms de batailles sont inscrits sur le fronton, tandis que les noms des combattants du village morts pour la France sont inscrits sur les piliers. Des bas-reliefs ornent le monument sur la façade et les côtés, représentant des symboles, le départ, la France reconnaissante ou des scènes du front. L’entrée du site est marqué de deux colonnes surmontées de sculptures du casque français, le casque « Adrian ».

UN village marqué par la Grande Guerre

Le village de Proyart a connu des combats très violents dès le premier mois de la guerre, le 29 août 1914, alors que l’armée allemande prend l’armée française de vitesse par une conquête rapide des territoires situés au nord de Paris. Les Français essayent de résister à l’invasion et opposent une forte résistance à Proyart, sans succès. Les champs sont couverts de cadavres de combattants, tandis que le village est brièvement occupé. En septembre, les armées française et anglaise parviennent à repousser les troupes germaniques lors de la bataille de la Marne. Les deux camps se font face et chacun tente de prendre l’autre à revers : le front évolue, l’armée française récupère l’Amiénois et une partie du Santerre ; Proyart n’est plus occupé et devient désormais un village de l’arrière, la ligne de front s’étant stabilisée à l’est.
En 1918, Proyart est de nouveau victime des combats : les Allemands ont lancé une grande offensive le 21 mars et occupent de nouveau l’ensemble du plateau du Santerre. Ils enterrent leurs morts dans un cimetière, au nord du village. Proyart est finalement libéré le 9 août 1918. Après le conflit, le cimetière allemand, aménagé, devient la nécropole allemande de Proyart.

une initiative personnelle

Dans les années 1920, un riche industriel, Edgar François, ayant perdu son fils à la guerre offre un terrain à la commune en face de sa demeure et finance, avec la ville de Cognac - « marraine » de Proyart, la construction du monument aux morts du village. Ces dons dotent le village du plus grand type de monument aux morts existant en France, pour 320 000 francs. Il est inauguré en grande cérémonie le 18 septembre 1924 par le Général de Castelnau. La presse salue à l’unanimité la construction d’un si beau monument, louant notamment les bas-reliefs.