Aller à la page d'accueil Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au plan du site

Mémorial de Thiepval, centre d'interprétation et musée

Mémorial de Thiepval, centre d'interprétation et musée

Retourner à la carte
Thiepval

©Philippe Sergeant

Mémorial de Thiepval, centre d'interprétation et musée

THIEPVAL

À l'automne 1914, le front se stabilise à Thiepval, véritable place forte stratégique. Les Allemands vont ainsi utiliser toute cette période à construire une ligne de défense impressionnante et sophistiquée qui formait une ligne de fortification autour du village, et à l’intérieur de cette dernière : dédale de tranchées, boyaux. Les Allemands, des hauteurs du village, dominent l’armée française restée en contre-bas, dans la vallée sur les bords de la rivière Ancre.

À la fin de l’année 1915, lors de la conférence de Chantilly, l’état major franco-britannique décide d’une offensive dans la Somme. C’est l’attaque surprise allemande sur Verdun le 21 Février 1916 qui précipite les événements de la Somme. Les Français délaissent une partie du front de la Somme aux Britanniques qui en occupent seuls 30 kms. Verdun étant quant à lui défendu par l’armée française. Plus les pertes françaises sur Verdun augmentaient, plus on pressait Haig de lancer l’offensive sur la Somme qui fut fixée au 29 Juin. Mais celle-ci fut repoussée au 1er Juillet en raison de conditions météorologiques défavorables.

En amont de la bataille de la Somme, un intensif bombardement débute le 24 juin 1916, destiné à anéantir les lignes allemandes et à permettre une avancée rapide et décisive de l'infanterie. Le 1er juillet à 7h20, les troupes britanniques, 100 000 soldats inexpérimentés (les bataillons de "Pals" - "bataillons de copains"), chargés de 30 kg de paquetage, partent à l’assaut de la première ligne germanique.
C’est un échec sanglant : les troupes sont décimées, le nombre de pertes et notamment de disparus est démesuré. Au soir du 1er juillet, 60 000 britanniques sont hors de combat, 20 000 d’entre eux sont tués, 40 000 sont blessés ou faits prisonniers. Les pertes allemandes représentent environ 1/10ème de ce chiffre. Le premier jour de la bataille de la Somme est un désastre pour l’armée britannique qui qualifiera ce jour du 1er Juillet 1916, le jour le plus sanglant de son histoire militaire, “the bloodiest day of the British army”.
Au final, Thiepval est conquis le 25 septembre 1916, avant que le front ne s’éloigne plus à l'est en 1917. Thiepval est repris par les Allemands lors de leur grande offensive de mars 1918 pour être définitivement repris en août 1918, toujours par les Britanniques.

La percée n’a pu être réalisée mais la bataille de la Somme a permis aux Français de tenir à Verdun. L’armée allemande qui a dû livrer bataille en même temps à Verdun et dans la Somme est très affectée et totalement exténuée.
La bataille de la Somme a provoqué chez les Britanniques 420 000 pertes (morts, blessés, disparus ou faits prisonniers).

LE MEMORIAL

Memorial de Thiepval
Après le conflit, Thiepval est choisi pour édifier entre 1929 et 1932 le mémorial dédié aux combattants disparus de la Somme, britanniques et sud-africains. Dédié aux armées française et britannique, son architecture est confiée à Sir E. Lutyens, le plus grand et le plus prolifique architecte britannique de son temps. Dès 1919, l’Imperial War Graves Commission lui avait confié la construction du Cénotaphe à Londres. Il sera également chargé de la construction de nombreux cimetières du Commonwealth, pour lesquels il crée la « Pierre du Souvenir », ainsi que du Mémorial australien de Villers-Bretonneux et de nombreux cimetières. 
Les noms gravés sur le mémorial de Thiepval sont ceux des 72 000 soldats britanniques ou sud-africains disparus dans la Somme entre l’été 1915 et le 20 mars 1918 - 90% concernent la bataille de la Somme (environ 12 000 tombés le 1er juillet).

À l’hiver 1931-1932, un cimetière franco-britannique est érigé au pied du mémorial, abritant le corps de 600 combattants (300 soldats français et 300 soldats du Commonwealth). Le site est inauguré le 1er août 1932 par le Prince de Galles et le Président de la République française. Aujourd’hui, 72 244 patronymes y sont inscrits.

Ses 16 piliers sont recouverts de plaques de pierre blanche de Portland sur lesquelles sont gravés les noms des disparus. Plus de 10 millions de briques ont été nécessaires à sa construction. Les hommes de toutes origines sociales, commémorés sur le mémorial, ont entre 15 ans et 60 ans avec une moyenne d’âge de 25 ans. Le mémorial et le cimetière sont entretenus par la Commonwelath War Graves Commission.

La valeur universelle exceptionnelle (VUE) du site

Le site de Thiepval fait partie des 11 sites de la Somme candidats à l'inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO. Il s’agit du plus grand mémorial britannique au monde - toute guerre confondue, témoignant de la violence de guerre et de la mort de masse. Sa forme d’arche permet de placer le disparu au cœur de son esthétique : le vide est une allégorie pour le représenter. Ce mémorial monumental domine son environnement, du haut de ses 45m. La mise en scène paysagère est remarquable, inscrivant le site dans son environnement préservé.

La mémoire vivante

Pour les Britanniques, Thiepval incarne la tragédie humaine qu'est la bataille de la Somme et le sacrifice de jeunes combattants volontaires, tombés en masse. Le site est devenu un lieu de mémoire international, attirant environ 215 000 visiteurs par an. La mémoire vivante y est particulièrement pérenne, que ce soit lors des commémorations organisées chaque 1er juillet et 11 novembre ou par le biais d’un tourisme de mémoire ardent et continu depuis les années 1920.
 

Plus d'informations :
Accès libre toute l'année.
contact.wea@cwgc.org ou sur www.cwgc.org

 

Le Centre d'accueil et d'interprétation

Centre d'accueil de Thiepval

Le 1er juillet 2004, un centre d’accueil a ouvert ses portes. Il a vu le jour grâce aux efforts conjugués du  Conseil départemental de la Somme, de l’organisation de bienfaisance britannique « Thiepval Project » qui a mobilisé des fonds en Grande-Bretagne et de l’Europe.
Géré par l’Historial de la Grande Guerre, soutenu par un comité franco-britannique, ce centre d’accueil propose aux visiteurs une exposition pédagogique sur les combats de la Grande Guerre, notamment la bataille de la Somme et Thiepval. Une salle de projection offre un complément d’informations en diffusant 3 films : « l’offensive britannique de 1916 », « Thiepval avant et après » et « reconstruction et souvenir ».
Des bornes informatiques sont également à disposition des visiteurs qui permettent de faire des recherches sur les soldats, de situer un cimetière ou de localiser une tombe. D’architecture moderne, un long bâtiment semi-enterré, il se fond parfaitement dans le paysage.

NOUVEAU : Le musée

Musée de Thiepval
Crédit photo - Yazid Medmoun - Cd80
Depuis le 1er juin 2016, le centre d'accueil est complété par un musée offrant de nouveaux espaces d'exposition consacrés aux batailles de la Somme, en particulier à celle de 1916 et à la mémoire des soldats disparus. L'exposition permanente d'environ 400m2 réunit pièces de collections, objets archéologiques, outils multimédias et installations grandeur nature (réplique de l'avion de Charles Guynemer). La grande fresque (60 mètres de long) dessinée par Joe Sacco ouvre une fenêtre imagée sur le champ de bataille du 1er juillet 1916.

Le parcours de visite se déploie en plusieurs temps forts : 

  - A l'entrée, une grande carte animée, enrichie de films et de photographies d'époque présente l'impact des combats de la Grande Guerre dans la Somme.

 - La salle dédiée à la Bataille de la Somme s'ouvre sur la fresque panoramique  du dessinateur Joe Sacco, elle raconte heure par heure cette terrible journée du 1er juillet 1916. Au centre de la salle, une vaste fosse d'exposition présente des objets de collections et des vestiges archéologiques de la guerre.

- Une installation audiovisuelle, avec une sélection d'images et de films allemands, raconte l'expérience de ces soldats de l'armée "d'en face".

- La perspective française, civile et combattante est présentée sur une grande carte de la région qui montre les désastres et l'impact durable du conflit dans la Somme.

- Telle une "chapelle des Disparus", une salle intimiste est consacrée à la masse de ces hommes broyés par la guerre. Une installation multimédia innovante permet de "capter" de façon interactive les parcours individuels des soldats disparus.

- Une grande salle présente la réplique en taille réelle de l'avion de Georges Guynemer et les portraits d'aviateurs de la Grande Guerre.

- En épilogue, un film des champs de batailles vus du ciel révèle les cicatrices du paysage, la diversité et l'importance des sites de mémoire érigés sur les lieux des combats.

Retrouvez ici plus d'informations sur le musée.
 

Centre et musée ouverts tous les jours de 9h30 à 18h du 1er mars au 31 octobre et de 9h30 à 17h le reste de l'année. Fermeture annuelle de mi-décembre à mi-janvier.
Accès libre au centre d'interprétation, entrée payante pour le musée : Adulte 6€ - Enfant 3€
Billet groupé "Musées de Péronne et Thiepval" : billet unique pour la visite des deux musées : Adulte : 10€ - Enfant : 6€
Parking, aire de pique-nique, boutique, wifi gratuit.
Tél. 03 22 74 60 47 - thiepval@historial.org 
Plus d'infos sur le site de l'Historial.

 

La base de données des soldats disparus de Thiepval

Cette base de données a été conçue par un couple de britanniques, Pam et Ken Linge, il y a maintenant dix ans. Elle permet aux utilisateurs et aux visiteurs du centre d’accueil d’avoir accès à l’histoire personnelle de soldats commémorés sur le mémorial de Thiepval, de leur vie avant le conflit, leur engagement dans l’armée britannique, jusqu’à leur mort. Les informations qui alimentent cette base sont transmises directement par les familles. L’objectif de Pam et Ken est de retrouver un  maximum d’information sur l’histoire des hommes dont les noms figurent sur le mémorial de Thiepval. Aujourd’hui les visiteurs du centre d’accueil peuvent découvrir les histoires de 11 908 de ces soldats.