Aller à la page d'accueil Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au plan du site

Le mémorial terre-neuvien de Beaumont Hamel

Le mémorial terre-neuvien de Beaumont Hamel

Retourner à la carte
Newfoundlandmemorial

Visite guidée du réseau de tranchées de Beaumont-Hamel © Yazid Medmoun

Le mémorial terre-neuvien de Beaumont Hamel

La commune de Beaumont-Hamel regroupe les anciens villages de Beaumont, Gare de Beaucourt et Hamel. Ces villages étaient situés à l’arrière immédiat des lignes allemandes. Terre-Neuve était, à l’époque de la guerre, un Dominion britannique et à ce titre, comme tous les autres pays de l’Empire, avait levé une armée de volontaires.
Dès l’automne 1914, la ligne de front se stabilise dans le secteur. Le 1er juillet 1916 commence par l’explosion d’une série de mines à 7h28. Des unités de la 29e Division britannique partent rapidement à l’assaut, dont le Royal Newfoundland Regiment, exclusivement terre-neuvien. Les hommes du régiment terre-neuvien, à peine sortis de leurs tranchées, se trouvèrent pris sous le feu de mitrailleuses allemandes. Ce  baptême du feu, particulièrement sanglant, cause 85% de pertes en moins de vingt minutes, dont tous les officiers. La défense allemande résiste jusqu'en novembre 1916 aux troupes britanniques, principalement écossaises.

Proportionnellement aux effectifs engagés, cette action fut l’une des plus meurtrières de l’offensive de la Somme.
 

Le mémorial terre-neuvien

Terre-Neuve, pays indépendant à l'époque, choisit ce site pour y aménager son parc commémoratif et son mémorial national. Il en confie la réalisation au paysagiste R.H.K. Cochius, qui importe des éléments identitaires terre-neuviens (roches, plantes). S'étendant sur 30 hectares, il est inauguré le 7 juin 1925, tandis que les cimetières et mémoriaux sont bâtis dans les années 1920, célébrant une mémoire plus britannique.

L’aménagement du parc - particulièrement pédagogique – préserve l’ensemble des traces permettant de comprendre la guerre de positions (no man’s land, premières lignes, tranchées). Le mémorial terre-neuvien donne une vision émouvante et réaliste des batailles grâce à un champ de bataille et un réseau Division admirablement bien conservé.
Un centre d’interprétation, géré par le Canada, est ouvert depuis 2001 sur le site.

A l’entrée du mémorial se trouve le monument à la 29ème division à laquelle appartenait le régiment terre-neuvien. Un chemin conduit à la table d’orientation, au sommet de la butte du Caribou, appelée ainsi car elle est couronnée d’une statue de caribou en bronze, insigne du Royal Newfoundland Regiment, œuvre du sculpteur anglais Basil Gotto. La table d'orientation offre une vue d’ensemble sur tout le champ de bataille et permet la comprehénsion du « système » des tranchées.

Trois plaques de bronze scellées à la base de la butte composent le Mémorial national terre-neuvien dédié aux disparus, sur lequel figurent les noms de 820 membres du Royal Newfoundland Regiment, de la Newfoundland Royal Naval Reserve et de la marine marchande qui ont donné leur vie au cours de la Première Guerre mondiale et dont le lieu de sépulture est inconnu.
Un seul arbre a échappé à la dévastation du lieu : c’est le squelette de « l’arbre du danger », ainsi nommé parce que situé dans une zone particulièrement exposée.

La Valeur Universelle Exceptionnelle du site

Ce site fait partie des 11 sites de la Somme candidats à l'inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO. Sa forme - un parc commémoratif - en fait un lieu mémoriel d’exception, alliant des traces du conflit (tranchées) aux aménagements paysagers nés dans les années 1920, à des éléments funéraires (cimetières) et du souvenir (mémoriaux) ou encore de médiation (centre d’accueil). C’est également le principal lieu de mémoire national terre-neuvien du front occidental.

La mémoire vivante

Chaque année, l'État canadien organise une commémoration le 1er juillet, en hommage aux combattants terre-neuviens. Depuis 1997, le site est reconnu « lieu historique national du Canada ». Le tourisme de mémoire s'y est développé de manière précoce et ne cesse d’attirer des visiteurs - familles de combattants, grand public ou scolaires - estimés annuellement à 200 000.

Plus d'informations sur l'engagement canadien dans la Somme en 14-18:
- Site du Ministère des anciens combattants du Canada, avec une page spécifique dédiée aux commémorations du 100ème anniversaire de la bataille de la Somme
- Site du Musée de la guerre canadien
 

 

Arlene King BLOC PORTRAIT©comdesimages.com
Arlène King Directrice du site

“En arrivant sur le site, je vous conseille de grimper en haut de la petite butte où trône la fière statue du caribou. C’est de cet endroit qu’est parti l’assaut le 1er juillet et grâce à une table d’orientation, il vous aidera à vous repérer et vous permettra d’embrasser tout le site, de voir le dédale des tranchées, le sol grêlé de trous d’obus, puis prenez le temps de cheminer sur les sentiers qui jalonnent le site pour découvrir les petits cimetières et mémoriaux ou encore le squelette de l’arbre du danger, seul arbre qui subsistait au coeur de ce no man’s land.”

En pratique

  • Du 1 au 24 janvier : centre d'accueil fermé. Pas de visites guidées.
  • Du 25 janvier au 10 décembre : ouvert tous les jours de 9h à 17h (ouverture à 11h le lundi). Visites guidées gratuites en français et en anglais.
  • Du 11 décembre au 24 janvier 2018 : centre d'accueil fermé. Pas de visites guidées.
  • Accès libre au Mémorial toute l’année
  • Adresse : 80300 Beaumont-Hamel
  • Téléphone : + 33 (0) 3 22 76 70 86
  • beaumonthamel.memorial@vac-acc.gc.ca
  • www.vac-acc.gc.ca

À la une

Le mémorial terre-neuvien de Beaumont Hamel

Chaque année, le Centre international de recherche de l'Historial de Péronne attribue les bourses Gerda Henkel à des étudiants et chercheurs dont les travaux portent sur la Grande Guerre. Retrouvez les lauréats 2017.

Lire la suite

La Commonwealth War Graves Commission (CWGC) est chargée de l'entretien des cimetières et mémoriaux du Commonwealth, très nombreux dans la Somme. En 2016, pour le centenaire de la bataille de la Somme, la CWGC propose un programme d'événements commémoratifs couvrant les 141 jours de la bataille (1er juillet-18 novembre).

Lire la suite