Aller à la page d'accueil Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au plan du site

Chemin de Mémoire Australien et Centre Sir John Monash

L'HISTOIRE

En 1916, le département de la Somme est devenu un espace mondial, point de rencontre d’une vingtaine de nationalités venues combattre ou travailler aux côtés des trois empires belligérants (France,Allemagne et Grande-Bretagne).

L’Australie, comme tous les autres pays de l’empire britannique, se range aux côtés de la “mother country” dès le début des hostilités en août.
Ainsi naît l’Australian Imperial Forces (A.I.F), commandée par le commandeur britannique Birdwood uniquement composée de volontaires. Avec ses voisins de Nouvelle-Zélande, cette force, en route pour le front, constitue alors le fameux Australian and New Zealand Army Corps ou “ANZAC”, dont la première mission d’importance consiste, avec les Français, les Britanniques, les Terre-Neuviens et les Indiens, à mener une offensive contre la Turquie, alliée de l’Allemagne (débarquement le 25 avril 1915 sur la péninsule de Gallipoli). La première intervention sanglante en France a lieu à Fromelles (Nord) le 19 juillet 1916 dans le but de faire diversion à l’offensive franco-britannique lancée le 1er juillet sur la Somme. Arrivés le 23 juillet à Pozières, les Australiens ont pour objectif de “déverrouiller” Thiepval. Après de furieux combats (“Gibraltar”, “Moulin à Vent”), ils se rendent maîtres du village mais échouent devant la Ferme du Mouquet où les Canadiens les relèvent le 5 septembre 1916.

LE RETOUR DANS LA SOMME

Les Australiens sont de retour en 1918 lors de la grande offensive allemande qu’ils tentent d’arrêter à Sailly-le-Sec le 28 mars, à Villers-Bretonneux le 4 avril, à Dernancourt le 5 ; mais ils s’illustrent en l’arrêtant définitivement à Villers-Bretonneux le 25 avril, date du 3e anniversaire de Gallipoli ! La contre-offensive alliée, “jour de deuil” de l’armée allemande, commence le 8 août ; les Australiens libèrent le territoire depuis Villers-Bretonneux jusqu’à Montbrehain (Aisne). Ils partent en repos en octobre, ne se doutant pas que l’armistice serait signé un mois plus tard. La participation de l’Australie à la Grande Guerre fut un élément fondateur dans l’histoire de cette jeune nation, jusqu’alors dominion britannique. Elle a même été déterminante dans son accession à l’indépendance. L’histoire, la venue annuelle de l’ambassadeur pour la commémoration de l’ANZAC Day au mémorial national australien et les visites de très nombreux Australiens tout au long de l’année ont donné à Villers-Bretonneux en Australie une aura qu’il est difficile d’imaginer ici. Les liens qui unissent l’Australie à la Somme sont forts et indestructibles. Villes et villages d’Australie portent le nom de communes de la Somme, en souvenir de cette Grande Guerre et en hommage aux gardiens de la mémoire.

LE CHEMIN DE MEMOIRE AUSTRALIEN
Logo ART
Les champs de bataille de la Première Guerre mondiale au nord de la France et en Belgique furent le théâtre d’un engagement australien fait de triomphes et de défaites, infligeant de très lourdes pertes à cette jeune nation mais lui donnant aussi à jouer un rôle exceptionnel dans l’Histoire. Le chemin de mémoire australien le long du Front occidental rend hommage à leur sacrifice. Il relie les sites des plus importantes batailles auxquelles des soldats australiens ont pris part : Villers-Bretonneux, Le Hamel, Pozières, Mont St Quentin......
EN 2018 : DEUX NOUVEAUX SITES
Le Centre Sir John Monash ouvrira ses portes en avril 2018 pour raconter l’histoire des soldats australiens sur le Front Occidental en France et en Belgique durant la Première Guerre mondiale. Plus de 295 000 Australiens servirent sur le Front Occidental entre 1916 et 1918 ; 132 000 d’entre eux furent blessés, 46 000 perdirent la vie. Élément phare du Chemin de mémoire australien, le Centre portera le nom du Général Sir John Monash qui mena les forces australiennes sur le Front Occidental en 1918, notamment lors de la fameuse victoire du 4 juillet 1918 à Le Hamel, dont la stratégie devint par la suite un modèle pour les futures opérations militaires. Le cœur du Centre proposera une expérience immersive au travers d’une technologie multimédia de pointe, inédite parmi les lieux de mémoire du Front Occidental. Générateur d’une expérience sensorielle et instructive en anglais, français et allemand, le parcours interactif sera complété par des objets d’époque ayant une résonance particulière pour les Australiens. Le Centre permettra aux visiteurs de mieux comprendre le rôle joué par l’Australie sur le Front Occidental ainsi que l’impact de la guerre et les lourdes pertes subies par cette nation encore émergente. Une galerie d’immersion, des espaces d’exposition, une salle polyvalente, un café/librairie et une mezzanine composée de sallesde réunion et de bureaux, seront construits sur une superficie de prèsde 1 600 m² sur 3 étages.
Centre d'interprétation 14-18 / Ferme Thuillier Vignacourt : Pendant la Grande Guerre, le village de Vignacourt, situé à l’arrière front a été utilisé par l’armée française et ses alliés. Un couple habitant le village, Louis et Antoinette Thuillier passionné de photographie, a entrepris alors de photographier les soldats de passage et les civils,amassant ainsi 4 000 plaques photographiques entre 1915 et 1920. En 2011, un reportage sur le sujet fut entrepris par la chaîne de télévision australienne Channel Seven et les 4 000 plaques furent achetées par le propriétaire de la chaîne Kerry Stokes et transférées en Australie. Conscientes du caractère exceptionnel et de la valeur historique de la collection, les autorités françaises et australiennes souhaitent désormais la valoriser sur le lieu d’origine, au sein de l’ancienne maison du couple Thuillier et de son futur centre d’interprétation.


 

LES COMMEMORATIONS AUSTRALIENNES EN 2018

À la une

Chemin de Mémoire Australien et Centre Sir John Monash

Ouvert aux écoles primaires, collèges et lycées de toute la France, le prix Sadlier Stokes récompense des projets en lien avec la participation de l’Australie à la Première Guerre mondiale. Inscriptions jusqu'au 16 mars 2018.

Lire la suite